samedi 20 juin 2015

Les phalanges de l’Hordre Noir :


« Car le héros et le monstre sont tous deux vus comme en dehors de la société, la barrière qui les sépare est fragile. Vous pouvez passer du statut de « monstre » à celui de « héros » ce qui est une récompense de la victoire, le plus souvent. Vous pouvez faire le chemin inverse ce qui est particulièrement douloureux si vous en avez conscience. »



«Voilà les mécanismes de nos raids » J’ai la voix pâteuse. La fatigue sans doute. Résister, ne jamais lâcher prise. Toujours se tenir debout et contrer même seul. Seul , le vent nous importe mais on peut s'accrocher , bétonner ses appuis et tenir un moment, le plus longtemps possible debout face au vent. Puis on meurt , il n'y a pas de miracle. Le vent c'est aussi cela . Du concret mélangé à du rêve. De la vitesse si rapide qu'elle peut passer de l'aérien au liquide voire au solide.
« Pourriez-vous vous montrer plus précis ? » Tendu , nerveux , plein de mouvement contenu en fait. Il est au bord d'une explosion, boom, un petit blaast comme ça qui vous souffle un pack de Contre ou un isolé
« Bon alors voilà comment ça se passait en détail. On prenait l’escouade et ... »
« Qu’entendez-vous par escouade ? » La voix sèche et cinglante. Un tenace. L’air passe partout. Très dangereux. Il n'explose pas lui , il veut des précisions réellement lui. Il ne veut pas juste passer sa colère sur moi ce qui le rend d'autant plus dangereux.
« Eh bien, une escouade comprenait plusieurs combattants en vélichar et … ».



Je parle, je parle et pendant ce temps mes souvenirs me submergent. Je me rappelle jeune, ma formation à Ker Derban. Les méthodes qu’on nous apprenait concernant les mouvements du corps, le jet de boo ou d’hélices, le déplacement en vélichar ou en aile portative. Comment savoir éliminer les adversaires le plus efficacement possible sans qu’ils ne se relèvent. Un tir, un homme. Se battre efficacement dans toutes les circonstances. Si tu n’as pas d’aile, tire au sol, de vélichar utilise le déplacement à pied, d’arme de tir utilise ce que tu as sous la main. Les morts lors des entraînements qu’on voyait et ceux qu’on ne voyait pas victimes d' « accidents ». Un seul intégrerait la Horde pour devenir son combattant protecteur. Celui qui neutraliserait toutes les menaces pesant sr elles et sauverait le plus longtemps possible, la Horde tout en contrant dans le Fer. Celui dont le nom serait écrit en lettres d’or sur la postérité et qui verrait les abrités le regarder ébahis quand il traverse leurs villages. Peu deviendraient des maîtres. Je ne le suis pas devenu. J'aurais peut-être pu. J'ai fait un choix qui m'a privé de cette marque apprenant une vivacité exceptionnelle, un style de combat, un style de prise en compte de son vif. Tout ce qui fait des maîtres foudres des combattants exceptionnels, des qui peuvent sécher des dizaines de pillards obliques, des qui savent toujours où frapper et comment faire pleuvoir boos, hélices et traits d'arbalètes méca à la vitesse de l'éclair. Des armes vivantes. Plus mêmes, des systèmes de combat vivants. Et intouchables avec ça . Nul ne peut toucher un foudre à moins de saisir le moment , l'infime écart dans les vitesses où le foudre décélère. Et encore là il faut être précis et vif.

Avant certains d’entre nous y avaient droit. Nous, les Phalanges de l’Hordre noir. Les anges déchus de l'Hordre.

On n’était pas l’élite mais on était presque les meilleurs rek. On avait des maîtres foudres parfois qui participaient à nos opérations dans le temps. On était des bons combattants et des encore meilleurs stratèges. On savait comment stopper et aborder un drakkair des frêles tout en neutralisant ses défenses sans qu'ils puissent dire ouf et en massacrant tout le monde. Nous étions leur cauchemar, ce qui se déplaçait à contrevent sans qu'ils nous voient arriver et qui hantait leurs nuits comme un conte terrible et qui semblerait initiatique. A part que parfois, le conte devenait réel et que nous leur apprenions ce qui était le but de la vie d’une manière … définitive. Les chiens frêles tremblaient devant nous et parfois illes s’en rappellent.

Mais il n’y avait pas que cela. Il y avait aussi les missions dans la Bande du Contre qui nous valaient respect et peur. Nous étions les agents visibles de l'Hordre à l'époque qui entretenaient la flamme du Contre et de la Horde. Qui poussaient les abrités à craindre et à respecter l'Hordre. Respect car nous luttions contre les pillards obliques qui ravageaient des villages et que quand nous passions dans les villages , nous écoutions les plaintes et rendions la justice , impartialement et sans nous laisser corrompre ou détourner de notre mission. Craindre car nous frappions implacablement ceux qui remettaient en doute le Contre , la Trace ou la Horde. L’Hordre n’existe pas pour lui-même mais pour servir la Horde qui elle-même existe pour la Trace et pour arriver à l’extrême Amont. Quand à nous , nous existions pour servir l'Hordre.

La Poursuite, je ne sais pas si elle existe mais si c’est le cas c’est un peu notre double négatif, une force qui lutterait contre l’humanité et pour le remplacement de l’humanité en Contre par les machines alors que nous luttons dans l'autre sens. Et pour faire ça, ils tentent de s’en prendre à l’élite de l’humanité, à la Horde. Nous, on s’attaque à ceux qui tentent de faire les meilleures machines pour remplacer l’humanité. On est des humanistes d’une certaine manière. Tiens je n’y avais jamais pensé mais c’est vrai. On est ça. Des humanistes .

Depuis les Fréoles sont devenus plus forts. Se sont parfois attaqués à l’Horde officieusement. Pas à la Horde, bien sûr ils n’ont pas osé. Ils ont fait pire. Ils se sont attaqués à l'esprit et à la conscience de l'Hordre. Ils remontent les nouvelles très efficacement il faut l’avouer. Ils ont toujours été … efficaces. Petit à petit nos missions ont été de plus en plus vues comme dérangeantes. Les Fréoles se sont mis à répandre de plus en plus leurs récits sur ce que nous faisions et leurs récits sur leur volonté d'aider la Horde. Oh bien sûr pas de l'aider en la convoyant , ça ça viendrait après. Mais de l'aider en remontant les enfants de hordiers (ils pourraient avoir du potentiel), en filant à Aberlaas des relevés qu'ils font avec leurs machines sur les formes du Vent ce genre de truc En même temps ils assuraient un commerce de plus en plus efficace avec leurs drakkairs et les gens les voyaient comme utiles. Ils étaient de nouveaux héros qui apportaient la prospérité à la bande de contre et nous étions devenus... . Des groupes au sein de l’Hordre ont commencé à parler de l’efficacité des données fréoles sur le Vent , de l'utilité du réseau fréole, de nouvelles, de la publicité négative que nous faisions à l'Hordre. L'abrité lambda était content de voir que les fréoles amenaient de nouvelles sources de nourriture ou du fer moins cher. On n’a pas réagi, pas assez vite. On aurait dû s'en douter pourtant quand un groupe nommé la Pragma s'est constitué pour « améliorer la Trace ». Je pense même pas que les Frêles nous ont infiltré en vrai mais ils ont infiltré notre esprit. Si on s'en était rendu compte de l'ampleur du danger aurions nous pris le risque de scinder l'Hordre ? Je ne sais pas . Et pis on a été dissous. Je n'avais pas encore intégré Ker Derban mais on m'a raconté. La mise à pied de notre lord commandant. Son arrestation avec tout le conseil des Phalanges. Leur procès public et leur dégradation. Pour les « crimes » commis soi-disant au nom de l’Hordre. Leur condamnation à remonter en amont sans matériel rek sans rien alors qu'un furvent arrivait. La condamnation était peut-être la moins pire qu'ils auraient pu trouver d'une certaine manière. Nos amis au sein de l’Hordre leur ont garanti une mort sûre mais digne car (ou donc ça va aussi) en Contre. Liés même si sans matos même pas des casques en peau de gorce ou des vêtements couvrant tout et avec leur peau nue qui a dû être griffé et lacérée par le vent. Mais ils ont tenté d'avancer en faisant pack et des chaînés debout. Ils sont morts en formant un noyau de résistance et de chaleur humaine façe au furvent. Ils sont morts comme des hommes en tentant de découvrir le Vent dans un contre avec des moyens humains.

Je me rappelle des entraînements quand on a intégré les Phalanges. Les vieux instructeurs burinés qui nous hurlaient quand nous rations un exercice. Et qui hurlaient encore plus quand nous utilisions des bonnes méthodes de combat qui étaient le style Ker Derban… Officiellement en tout cas , nous étions dissous et méchamment . Mais nos idées avaient encore un certain poids au Conseil et à Ker Derban. Donc on a continué à exister en secret. Quand j'ai intégré Ker Derban, ils m'ont remarqué moi et mes idées. On m'a conduit yeux bandés dans une réunion où j'ai intégré les Phalanges. J'ai séché un probable mouchard de la Pragma à 15 ans. Il était déjà allé plusieurs fois sur un bateau fréole. Il les vantait !!! Il expliquait même qu'on pourrait contourner des obstacles avec les bateaux frêles ou amener plus vite la Horde. OK tout le monde le trouvait dingue de dire ça mais personne ne l'a même exclu pour ça. Je me suis fait virer , volontairement et avec la complicité des Amontistes ceux qui partagent encore nos idées J’ai intégré une escouade de pirates. Sans se faire remarquer avec efficacité. On était plusieurs ça a été sympa ces moments, on était unis mais vraiment unis . Je me rappelle le pillage en mode commando des villages pouilleux des abrités en arrivant après un furvent (on s'était abrités dans un port pendant ).J'ai pas contré de furvent . On a finalement pris la tête du truc, un duel vite réglé par ailes porteuses sous slamino. Dérive faible et quasi nulle pour notre aile. L'autre se battait pas mal Et puis ensuite nous avons accompli notre mission.

J’ai eu accès à des vieilles chroniques exaltant les Phalanges. Elles parlent de ces chevaliers en armure de gorce teintes en noire. Ces hommes qui gardaient l'humanité engagée dans le Contre humain. Des héros , des paladins, des vrais . «  Et partirent les héros / Purifiant les villages/ Qui offraient des abris/ Aux servants des machines. »  «  Nos héros affrontent des hordes fréoles toujours implacables et évitant leurs boos de mouvements du poignet ou du torse. Nos hordonnateurs inflexibles mènent des interrogatoires pour purifier et séparer ceux qui croient à l'extrême amont de ceux qui ne le remettaient en question » Nous étions des modèles de justice , de probité , d'honneur et de foi. Comme maintenant mais différemment. Nous étions dans l'arène officiellement... Nos vaisseaux transportaient les enfants éventuels de la Horde et convoyaient les enfants à Aberlaas. MAIS nous venions toujours avec un an de remontée en aval de retard sur la Horde. Nos vaisseaux étaient volontairement fragiles. Surpris par un choon, nous mourrions. Et puis nous affrontions les fréoles. Je sais ce que certains disent. Que c'était des massacres. Qu'on tuait tous les Frêles , les femmes et les enfants aussi . Qu'on torturait avec un délice sans cesse renouvelé les Frêles.

Vous voulez que je vous dise ? C'est vrai , on faisait cela à l'époque et je l'assume entièrement. . Les Fréoles, je vais vous dire rek ce qu'ils faisaient et ce qu'ils font. Ils remontent le vent. Et ils veulent aller plus loin que la Horde. Sans contrer !!! Sans avoir senti la caresse du vent sur leur corps ou sa morsure . Sans avoir éprouvé sa solidité comme un bloc de liquide qui vous engloutit ou comme une masse Rien . Rien que leurs calculs et leurs voiles et leurs hélices. Rien que leurs déplacements comme si le vent était un outil. Il y a ceux qui connaissent le Contre et ceux qui l'utilisent comme un objet. Ceux qui louent le Contre et ceux qui le louent. Ne suivez jamais les seconds et tuez les où que vous les rencontrez. Je connais les objections. Maaais ils manœuvrent aussi dans le vent pas comme les abrités. Et ils ont même aidé des Hordes. Encore heureux qu'ils aient aidé des Hordes ; même des dégénérés comme eux reconnaissent la noblesse qui se dégage d'une Horde . Mais ils ne manœuvrent pas dans le Vent c'est leurs machines qui le font. Je voudrais un jour pouvoir supprimer tous les frêles pour enfin parler avec leurs machines. Voir pourquoi elles peuvent qu'elles pourraient nous battre les humains. Z'entendez les machines . L’Extrême Amont appartient aux hommes. Nous seuls le trouverons. Vous pourrez jamais affronter vraiment les neuf formes du vent ou franchir Norska.
Violents envers les frêles ? Bien sûr . Mais ils sont violents envers nous. Leur existence est une insulte permanente à ce à quoi les humains se consacrent , à cet effort perpétuel pour améliorer nos capacités. Eux proposent d'améliorer notre puissance sur le monde , nous notre Pouvoir. Ils sont violents par des moyens de machine indirects , nous leur répondons comme des hommes. Vous saviez comment on les punissait autrefois ? On en capturait et puis on les laissait par Furvent . Comme ce qu'a eu notre Lord commandant . Mais lui il savait ce que Furvent voulait dire et il est mort debout . Eux , je suis sûr qu'ils courraient aval comme des rats. Je le sais car une fois quand on a capturé un ingénieur frêle (autoproclamé aerudit comme si un frêle pouvait connaître le Vent) , je l'ai laissé dans leur salle de machines attaché avec une hélice qui tournait en pleine façe contre lui. Il s'est effondré comme une loque. Même pas le réflexe élémentaire d'affronter le Vent en face. Non J'ai vérifié les récits d'autrefois et j'ai vu qu'ils disent vrai sur le rapport des frêles au Vent. Le pire est qu'ils attirent. Tous les jeunes déchets qui tiennent pas trois pas sous salve se disent que dans l'escadre fréole ils pourront aller jusqu'à Alticcio. Certains l'ont fait alors que de nombreuses Hordes n'y ont pas eu droit. Celles séchées par un furvent , englouties dans la flaque de Lapsane , tuées par affaiblissement ou disparues mystérieusement. Et vous me trouvez violent ?

Nous ne nous battions plus en public bien sûr après la dissolution. Quand on a pris le commandement du groupe d'Obliques, on a petit à petit dirigé sur des cibles fréoles. En coordonnant mieux les attaques c'était possible. On avait des complices à l'intérieur qui sabotaient des hélices parfois. Parfois on les doublait via nos vélichars. On abattait les gardes vite et on harponnait le vaisseau. Et puis .. à l'abordage. On pillait toujours tout. Et on s'arrangeait pour s'occuper perso du cas des ingénieurs frêles . Y en a une à qui j'ai dit qui j'étais et quelle était ma mission rien que pour savoir un peu ça leur faisait quoi comme réaction. Je me demande si elle a compris. Je l'ai tuée bien sûr. .Elle aussi a eu droit à la salle des machines et au vent. On a fait cette méthode le plus qu'on pouvait mais sans que ça s'ébruite. On a répandu des discours comme quoi les Frêles exploitent les abrités. C’est vrai d’ailleurs. D’où sortent t-ils leurs flottes ? Et ils livrent à qui leurs secrets à part à nous et uniquement pour nous pervertir ? Ils font tout payer cher et personne ne moufte car ils ont le monopole du commerce rapide. Les gens devraient apprendre à survivre de peu et à comprendre que le but de l’humanité n’est pas d’amasser des biens dans ce monde mais de trouver le sens du Vent. De toute manière le Vent érodera tout ce qu’ils feront. Seul le Vent dcidera quelle maison débile en pisé sera debout ou non . Sauf si ils font comme les Fréoles et usent de machines. Et renoncent à leur humanité méritant ainsi qu’on les prive de leur vie qui singe les purhommes.

Me jugez pas. Ok on n'est pas la Horde mais lâchés dans la nature on contrait pendant des heures ensemble avant de se disperser en diamant ou en arc . Pour communier avec la Horde. Car ils sont notre espoir et notre symbole , celui de l'Humanité toute entière. On connaît le Vent . On le défend contre ceux qui veulent que ce ne soient pas des corps humains qui le découvrent Car le Vent fait l'Homme et l'univers est fait de Vent. La vitesse originelle du monde qui était purvent. Je sais pas si j'y crois à tout ça mais c'est beau. Cette idée que le monde est fait de Vent et que ce que fait l'Humanité , c'est de créer des résistances au vent comme des petits noyaux granuleux et solides qui tiennent liés.

Et puis il y a eu l'abordage de ce drakkair. On le suivait depuis 2 semaines. Harponnage sans problème. Aile portante démarrée et commençant à faucher les frêles à l'arba fissa. Et puis là plouf l'aile portante est tombée. On savait pas d'où venait le tir . Plusieurs obliques se sont faites fauchés et ça a commencé à paniquer. Les vélichars frêles nous ont canardés à ce moment et ça a été la cata. J'ai été capturé après un tir précis qui m'a râpé le bras de combat et un autre qui a envoyé mon vélichar dans le fossé. On n’a pas pu toucher le mec et j'ai compris. Un foudre formé à Ker Derban. La Pragma ne se contente plus de causer risette avec les Fêlés, il faut encore qu'elle les aide à pisser droit. Au moins ils n’ont pas lâché sur la Phalange. Peut-être que même eux ont peur que les félês voient rouge si on leur dit qu'on continuait à lutter contre eux. Vous savez quoi. Même si vous découvrez l'extrême amont, vous ne connaîtrez rien jamais. La Révélation sera pour une Horde complète qui aura affronté les normes foormes du vent et qui les connaîtra.. Elle viendra, je le sais, le jure et suis prêt à vous affronter debout car je crois en ceci. Ma vie n'a eu uère de sens en dehors de cela. Mes parents , peut être une image de mon enfance tapie comme cachée par une toile d'araignée. Mes amis : c'était mes frères de meute . Avec eux nous partagions notre volonté commune de garder les Phalanes en action et quand nous étions dans des groupes d'Obliques différents , nos récits de chasse. Des amours ? Abritées d'occassion et une ou deux filles chez les Obliques. J'ai tué la dernière avec qui je suis resté un poil longtemps. Elle avait bu et cette idiote s'est mise à dire que nous étions libres pas comme ces abrutis de Fréoles ou de la Horde qui cherchait une source du Vent qui n'existait pas. Elle le pensait vraiment , Je lui en ai reparlé deux jours après. Son vélichar a eu un accident une semaine après.

Je mourrais en pensant à la Horde qui arrivera au bout et je ne trahirais pas l'Hordre parce qu’elle viendra (ou donc elle viendra mais je ne pense pas qu’elle viendra expresso pour moi donc mieux vaut dire parce que). Sa nécessité n'est nullement corrélée à ma modeste personne Je mourrais pour l'Hordre malgré lui en pensant à un poème « Vent qui frappe/Hache cognante/ Stoppée par le lien ».


Rapport d’interrogatoire : Un des chefs des bandits fut interrogé avant son exécution. On a pu lui faire cracher son histoire tout ce qu’il y a de plus banal. Ferme ravagée par un salve lourde , a rejoint des Obliques, a vadrouillé et grandi tout seul. Devenu pirate. S'est épanché sur ses exploits. Avait un vrai talent d’organisation et est devenu en solo un bon combattant. Toujours resté stoïque pendant l’interrogatoire d’une manière assez stupéfiante. Cruauté certaine. A raconté avec une sorte de …joie comment il aimait tuer et torturer ses victimes en les rendant non identifiables. Mélange curieux de cruauté jouissive et de froideur technique assez étonnant. Manipulateur , doté d'un certain charisme et absolument amoral. Ce qu'il voulait , il le prenait point barre. D'après un autre prisonnier , il n'avait de vrai attachement pour personne en dehors de lui même. Il a plusieurs fois tué dans le groupe selon lui. Mieux ne valait pas trop le fréquenter. En même temps , beaucoup l'admiraient pour son habileté et son intelligence. Éliminé après qu'il nous ait appris quelle était leur organisation (rien de différent de l'habituel).
Les pillards obliques étaient vraiment devenus dangereux et je me félicite que le Parlement ait pris conscience de la menace et l’ait liquidée. Je me permets de demander une plus grande attention portée à l'avenir aux phénomènes de ce type afin que de tels incidents ne se reproduisent plus. En effet ,ces pillards nous ont attaqué pendants plusieurs années et nous n'avons pu régler seuls le problème. J'ai annoté les stratégies et tactiques que je propose pour que ceci. ne se reproduise plus. Prévenez le maréchal et le président du Parlement du respect et de la diligence avec lequel l'Escadre Fréole exécute sa mission. Je suggère des nouvelles missions d'exploration en dehors de la bande de frêle pour mieux surveiller les Obliques si cela est possible. Si cela est impossible , je vous propose de détacher mon bâtiment pour une telle enquête et de nommer un nouvel amiral.

Mission de nettoyage. menée par notre escadre avec le soutien de l’Hordre.

Commodore Nichi amiral de l'escadre fréole.

P.S : La présence d'un combattant foudre n'était pas prévue dans le plan d'attaque. Ker Derban pourrait nous informer avant de nouvelles surprises de ce type.