lundi 5 décembre 2016

Sur les élections américaines.

Petite réactions et analyse à chaud des élections américaines

Je prévoyais initialement de faire ce papier avant les élections américaines. J’avais prévu l’Ohio et l’Iowa pour Trump , la Floride , le Nevada pour Clinton et je ne savais pas pour qui voterait la Caroline du Nord. Je pensais que Trump ferait un bon score dans les états traditionnellement démocrates blancs et ouvriers mais je ne penserais pas qu’il les gagnerait. J’avais prévu du coup une victoire de Clinton et un score élevé de Trump qui aurait sonné comme un avertissement pour la gauche (ou pour les libéraux ce qui est différent).

Il se trouve que j’avais sous-estimé l’ampleur de la vague Donald Trump auprès des classes ouvrières blanches et que Clinton a fait moins bien qu’Obama auprès des minorités ethniques. Il se trouve que Trump a gagné non seulement la Floride et la Caroline du Nord mais aussi le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie qui n’avaient pas voté républicain depuis 1988 et faisaient partie du blue wall. Il se trouve que Trump a gagné.

Pour comprendre à quel point ce résultat est frappant, un peu d’histoire :
Le Parti républicain a été fondé pour l’abolition de l’esclavage et a donc été dans le Nord abolitionniste des Etats Unis. Après la guerre de Sécession remportée par les unionistes abolitionnistes, il est devenu le parti dominant de la vie politique américaine mais s’est vite scindé sur des questions économiques et est devenu un parti très libéral en matière économique. Il a donc dû faire face à un mouvement qualifié de « populiste » très antilibéral en matière économique et basé parmi les fermiers pauvres et protestants du Midwest, à un mouvement socialiste et au parti démocrate qui tout en retrouvant sa prééminence dans le Sud par le biais de la ségrégation (rôles des lois Jim Crow et du Ku Klux Klan) a conquis un électorat très différent composé d’immigrés juifs, italiens ou irlandais appartenant à la classe ouvrière et non WASP (white, anglo-saxon, protestants) résidant à New York et dans les états de la Rust Belt

Les années 20 ont validé l’élimination du mouvement populiste déjà affaibli par l’évolution plus progressiste qu’avait prise le parti républicain sous l’influence de Théodore Roosevelt dans les années 1900 et les tensions agitant un parti démocrate fracturé entre une aile gauche liée aux syndicats dominante une partie du Nor (une autre partie votant toujours républicain) et une aile droite dans le Sud ségrégationniste et liée au Ku Klux Klan (qui de plus a rajouté à ce moment-là à son racisme contre les noirs , l’hostilité vis-à-vis des juifs et des catholiques).

Cependant, la crise économiques majeure des années 1930 est une catastrophe pour le parti républicain au pouvoir et lié au Big Buisness. Le candidat du parti démocrate Franklin D Roosevelt triomphe en mettant en place une politique de forte intervention de l’Etat dans l’économie et de redistribution avec une coalition comprenant les deux ailes du parti démocrate (ce qui nécessitait de ne pas toucher à la ségrégation) et les fermiers du Middle West ruinés par la crise économique. Le New Deal introduit un changement majeur dans la vie politique américaine et fixe un cadre qui tiendra jusque dans les années 1960 (avec une inflexion anticommuniste liée à la guerre froide).
Les années 60 justement sont marquées par plusieurs phénomènes : tout d’abord le mouvement des droits civiques initié par les afro américains prend de l’ampleur et le parti démocrate s’y montre progressivement plus sensible que le parti républicain sous l’influence de son aile gauche (et des migrations des afro-américains dans les grandes villes du Nord comme Detroit , Chicago et New York qui font qu’ils deviennent un électorat important pour le parti républicain). En 1964, Johnson met fin à la ségrégation. Cependant, ceci provoque une rupture du parti démocrate avec les démocrates ségrégationnistes du Sud qui soutiennent des candidats indépendants (Wallace notamment) et ne sont absolument plus lié au parti démocrate. De plus , les années 1960 sont caractérisées par l’émergence d’une nouvelle gauche liée à la contre-culture et de nouveaux enjeux politiques ( féminisme , droits des LGBT) dont les militants trouvent un écho grandissant au parti démocrate le tirant vers la gauche et rendant par contraste le parti républicain plus conservateur. Les années 1970 sont donc une période de recomposition politique interne accentuée par des remous strictement politicien (Watergate). En 1976, Carter gagne encore les états du Sud (dont il était originaire).

 Mais en 1980, le parti républicain se réorganise avec Reagan et avec l’apparition d’une droite religieuse protestante évangélique mobilisée contre l’enseignement de Darwin, l’avortement et le mariage gay et gagne tous les états du Sud (il gagner d’ailleurs presque tous les états). Reagan fait encore mieux en 1984 (où les démocrates ne gagnent qu’un Etat) et en 1988, les républicains gagnent encore. Ils gagnent grâce à la mobilisation de l’électorat protestant évangélique, à la conquête de l’électorat blanc du Sud et  au début de la conquête d’ex électeurs démocrates blancs de la classe ouvrière. Le revenu est toujours un facteur dans le vote mais moins qu’avant et le parti républicain met en place une politique ultra libérale inspirée des tenants du néo libéralisme qui diminue drastiquement les impôts des plus fortunés (tout en augmentant le budget militaire) ce qui est financé par la dette américaine. Le parti démocrate regagne les élections grâce à Clinton mais en devenant très centriste et en oubliant en grande partie son discours de gauche au niveau économique tout en construisant une coalition entre les groupes opprimés pour des questions d’identité (noirs, femmes même si le vote féminin est moins marqué démocrate, LGBT, hispaniques).

Pour finir ce rapide survol probablement un peu rapide , en 2012 , la victoire d’Obama dessine un clivage entre un parti républicain contrôlant le Sud et le Midwest et majoritaire chez les hommes , les blancs et relativement chez les plus riches(et détenant la chambre des représentants ainsi que le Sénat)  et un parti démocrate tenant les états libéraux (au sens américain donc de gauche ) du Nord Est qui votaient républicains, les grandes villes , la Rust Belt ouvrière et la côte Ouest (ainsi que l’Illinois du fait de Chicago) avec un électorat composé plus des minorités ethniques (surtout  chez les afro américains avec un très fort vote démocrate)  , des femmes et des plus pauvres. Pour une analyse en chiffres la partie "voters demographics" de wikipédia est très bien faite https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_presidential_election,_2012#Voter_demographics °.


Voilà pour ce survol, à bientôt pour une analyse de comment le vote des pauvres sont déjà partiellement passé chez les républicains entre 1980 et 2016 avant de s’attaquer réellement à comment Trump a gagné. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire